Les abeilles: modèles des ouvriers de Dieu

Classé dans : Non classé | 1

Et resté seul avec ses apôtres, il dit :

"Et c'est spécialement aux ouvriers de Dieu que je propose comme modèles les abeilles. Elles déposent dans le secret de la ruche le miel formé en leur intérieur par un travail infatigable sur des corolles saines. Leur fatigue ne paraît même pas telle, tant elles travaillent avec bonne volonté, en volant, points d'or, de fleur en fleur, et puis elles entrent chargées de sucs pour élaborer leur miel dans l'intimité des cellules. Il faudrait savoir les imiter. Choisir les enseignements, les doctrines, les amitiés saines, capables de donner des sucs d'une vertu véritable, et puis savoir s'isoler pour élaborer, à partir de ce que l'on a récolté avec entrain, la vertu, la justice, qui est comme le miel tiré de nombreux éléments sains, sans oublier la bonne volonté sans laquelle les sucs pris ça et là ne servent à rien. Savoir méditer humblement, à l'intérieur du cœur, sur ce que nous avons vu de bon et entendu, de bon, sans envie.

Si près des abeilles ouvrières il y a les reines, c'est-à-dire quelqu'un de plus juste que ne l'est celui qui médite. Toutes les abeilles sont nécessaires dans la ruche, aussi bien les ouvrières que les reines. Malheur si toutes étaient des reines; malheur si toutes étaient des ouvrières. Elles mourraient aussi bien les unes que les autres.

Car les reines n'auraient pas de nourriture pour procréer s'il n'y avait pas d'ouvrières, et les ouvrières cesseraient d'exister si les reines ne procréaient pas. Et ne pas envier les reines. Elles ont elles aussi leur fatigue et leur pénitence. Elles ne voient le soleil qu'une seule fois, dans l'unique vol nuptial. Avant et après, il y a seulement et toujours la clôture entre les parois ambrées de la ruche. Chacun a son devoir, et chaque devoir est un choix, et tout choix est une charge en plus d'un honneur.

Et les ouvrières ne perdent pas leur temps à des vols sans profit, ou à des vols dangereux sur des fleurs malades et vénéneuses. Elles ne tentent pas l'aventure, elles ne désobéissent pas à leur mission, elles ne se révoltent pas contre la fin pour laquelle elles ont été créées. Oh ! admirables petits êtres ! Que d'enseignements pour les hommes !..."

Jésus se tait, perdu dans sa méditation.

L’Évangile tel qu’il m’a été révélé (Maria Valtorta): vision 565

  1. jean baetz

    Cette brave dame ne parle pas des mâles de la ruche, ou « faux-bourdons », qui ne servent pratiquement qu’à la fécondation de la reine lors de son vol nuptial – ils en meurent – et pour ceux qui restent, sont expulsés de la ruche avant l’hiver.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.