La lutte contre le varroa ne se restreint plus aux traitements de fin de saison. Des méthodes « mécaniques » permettent de gêner la progression de l’infestation tout au long de l’année : constitution d’essaims, blocages de ponte (et traitement biologique en absence de couvain) ou encore piégeage des varroas dans le couvain mâle.

Le varroa, souvent considéré comme le pire ennemi de l’abeille, est un parasite du couvain. Les femelles varroa pénètrent dans le couvain juste avant son operculation et s’y reproduisent en se nourrissant sur les larves abeilles. Les scientifiques ont remarqué que le couvain de mâle était 6 à 12 fois plus infesté que celui des ouvrières d’où l’idée de retirer ce couvain après operculation, avant les naissances: les varroas qu’il contient sont ainsi éliminés, rapidement et simplement, et ne pourront donc pas se multiplier.

Au printemps, nous introduisons dans le corps de nos ruches un cadre de hausse, de la moitié de la taille d'un cadre de corps, et le plaçons en contact avec le couvain. Les abeilles vont systématiquement bâtir du couvain mâle sous ce demi-cadre. Une fois operculé, environ huit jours après la ponte de la reine d’œufs mâles, nous découpons ce couvain mâle, puis le cadre est remis en place dans la ruche afin de permettre une prochaine construction et une prochaine découpe.

Les larves ainsi récupérées sont ramenées à la ferme et distribuées aux poules qui en raffolent...