DIS PAPA, QUE FONT LES APICULTEURS EN JANVIER ?

Classé dans : Non classé | 4

Cette question fait partie des grandes question existentielles posées par les enfants ayant atteint l'âge de raison à leur parents: Papa, comment on fait les bébés ? Maman, Dieu comment il est né ? Et donc, Papa, Maman, que font les apiculteurs en hiver ?

Pour vous aider à nourrir la curiosité et le besoin de comprendre de vos enfants, nous vous livrons en image les réponses à ce grand mystère universel...

Les mois de décembre et de janvier marquent souvent une période de fort ralentissement voire d'arrêt de la ponte de la reine. Les surfaces de couvain des colonies sont réduites ou, au mieux, inexistantes. Ainsi, les varroas ont peu ou pas de possibilité de se cacher sous les opercules des alvéoles afin de parasiter les larves d'abeilles.

L'utilisation de l'acide oxalique, excellent anti-acarien mais inefficace sous opercules, est alors particulièrement opérante. Et comme c'est la molécule utilisable en mode de production biologique la plus intéressante, cette période de l'année est propice à des traitements anti-varroas afin de rabaisser au maximum la pression parasitaire des colonies, et en particulier dans les exploitations biologiques.

Nous utilisons l'acide oxalique en fumigation grâce à un diffuseur qui chauffe l'acide oxalique pour la transformer en vapeur.

Guillaume envoie une dose adaptée dans chaque ruche par la réduction du trou de vol. Les protections respiratoires sont importantes car la fumée est irritative pour les systèmes respiratoires humains.

Nous en profitons pour donner des provisions pour les colonies populeuses qui en ont besoin. En effet les températures chaudes de l'hiver ont favorisé une activité importante des abeilles qui ont eu besoin de plus de carburant energétique que d'habitude.

La flore est en avance et les premiers pollens sont déjà disponibles. La ponte de la reine recommence ainsi de façon précoce.

Mais évidemment le ralentissement des colonies en hiver marque le ralentissement des activités apicoles. Les mois de janvier et de février permettent le repos nécessaire des apiculteurs après des saisons de production longues et éprouvantes, mais aussi de se changer les idées à travers de nouvelles activités.

Le ski de randonnée permet de prendre de la hauteur, de s'aérer l'esprit et les poumons, d'ouvrir son coeur à la beauté et d'accélérer son rythme cardiaque,...

La solitude, le silence, la beauté invitent à se rendre à nouveau disponibles à nos intériorités...

Et à s'y laisser renouveler en profondeur...

Avant d'en sortir subitement dans une explosion d'adrénaline et de plaisir...

Bon, on inventera quand même un prétexte professionnel pour se soulager la conscience, et la rencontre d'un des nombreux ruchers pyrénéens constituera un opportun concours de circonstance...

4 Responses

  1. FONTANA-ROBERT

    Merci toute l’équipe et bien sûr Nicolas BOUGUET, mon cousin pour toutes ses chouettes explications. J’espère que vous allez tous bien ! Je vous souhaite plein de bonnes choses personnellement et professionnellement § Et à vos travailleuses si courageuses de continuer à prospérer pour notre bien à tous § Plein de bisous de la Champagne ardennes où le temps est très froid mais très ensoleillée, la nature semble se réveillée à nouveau ! A bientôt Sabine

    • nicolas-borda

      Merci Sabine, tout le monde t’embrasse à la Borda, y compris les abeilles et surtout ton cousin.

  2. Jouanneau

    Je deguste chaque jour vos miels avec plaisir , rhododendron et bourdaine et ce n’est que du plaisir. Garder cette qualité et merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *